Forum des Paysans d'Ulysse Monde Alpha Jeux Ikariam
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LA VIE DU ROI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mad_Max
Paysan
Paysan
avatar

Masculin
Nombre de messages : 18
Age : 29
Localisation : Planète Terre
Emploi/loisirs : Officier de Marine Marchande
Tag de votre Alliance : ULYSS
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: LA VIE DU ROI   Mer 3 Sep - 5:14

L'Histoire


Après la guerre de Troie, Ulysse rentre vers Ithaque, son royaume. Mais son voyage de retour est émaillé de multiples aventures.




Ulysse naviguant.

Un soir, ils accostent près d'une côte montagneuse.
Avec dix hommes, Ulysse part en exploration. Ils croisent un troupeau de moutons mené par un géant. Mêlés aux moutons, ils entrent tous dans une grotte. Le géant bloque l'entrée avec un rocher. Ulysse et ses compagnons sortent alors de leur cachette, et demande l'hospitalité. Mais le Cyclope, Polyphème (fils de Poséidon) se rue alors vers eux et tue et mange deux des compagnons. Repu, le géant s'endort. Le lendemain, il en tue deux autres, avant de partir avec ses moutons, non sans avoir bloqué à nouveau l'entrée.

Entre temps, Ulysse prend la massue du géant, l'aiguise pour en faire un pieu géant. Le soir, quand Polyphème revient, Ulysse lui offre du vin. Le géant lui demande son nom, Ulysse de répondre "Personne est mon nom". Puis, Ulysse et ses hommes saisissent le pieu, et l'enfonce dans l’œil du géant. Il hurle, ameutant les autres Cyclopes. "C'est Personne qui me tue" dit-il. Et tous s'en vont. Dans sa colère, Polyphème déplace le rocher qui obstrue l'entrée, hurlant qu'il tuera tous ceux qui tenteront de la franchir. Ulysse et ses compagnons s'accrochent aux moutons et sortent sans être inquiétés. Mais pour avoir attaqué Polyphème, Ulysse s'attirera la haine de Poséidon.





Ulysse menace Circé avec son glaive


Le navire d'Ulysse approche d'une île boisée. Quelques hommes partent en reconnaissance. Ils découvrent la demeure de la magicienne Circé. Celle-ci leur offre l'hospitalité, et leur fait boire un philtre malfaisant. Les hommes sont alors transformés en pourceaux. Toutefois, l'un d'entre eux, Euryloque, ayant pressenti le piège, part prévenir Ulysse. Ce dernier croise en chemin Hermès qui lui donne des herbes magiques. En arrivant chez Circé, celle-ci lui offre également l'hospitalité. Ulysse boit le philtre, mais il ne se passe rien. Elle le touche de sa baguette, mais il ne se passe rien. Ulysse prend alors son glaive, et la menace. La magicienne rend alors forme humaine aux compagnons. Tous passeront chez elle une année à festoyer.


Quand il la quitte, Circé met Ulysse en garde contre les sirènes, dont le chant attire les marins, provoque les navires vers les éccueils. Aussi, pour ne pas être attiré, Ulysse prend un morceau de cire qu'il découpe. Chaque marin se bouche les oreilles avec, et ignore ainsi les chants.


Ayant évité les sirènes, et les îlots rocheux, il approche de la caverne de Scylla, la terrible aboyeuse. Ses douze pieds ne sont que des moignons ; sur ses six cous géants, six têtes effroyables ont, chacune en sa gueule, trois rangées de dents serrées... C'est un mal éternel, un terrible fléau, un monstre inattaquable.


Enfin, il arrive à Ithaque. Pénélope, sa femme, l'attend depuis des années. Les seigneurs de l'île souhaitent l'épouser. Elle imagine une ruse pour gagner du temps. Elle déclare qu'elle doit tisser le linceul de Laerte, père d'Ulysse. Pendant trois années, elle fait et défait son ouvrage. Mais les seigneurs la surprennent et l'oblige à fournir son ouvrage.


Entre temps, Télémaque, parti à la recherche de son père, le découvre à son retour, dissimulé sous des haillons. Avec l'aide d'Athéna, le père et le fils massacrent les prétendants réunis dans la salle des banquets.



Pénélope faisant son ouvrage.


Quand il retrouve sa femme, celle-ci a du mal à le reconnaître. Argos, son chien le reconnaît de suite. Aussi, Pénélope demande-t-elle de préparer un lit dans la chambre conjugale. Indigné, Ulysse lui demande pourquoi ne peut-il pas dormir dans le lit qu'il avait lui-même taillé dans un tronc d'olivier. Aussitôt reconnu, Pénélope l'enlace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s1.gladiatus.fr/game/c.php?uid=102644
Mad_Max
Paysan
Paysan
avatar

Masculin
Nombre de messages : 18
Age : 29
Localisation : Planète Terre
Emploi/loisirs : Officier de Marine Marchande
Tag de votre Alliance : ULYSS
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: Re: LA VIE DU ROI   Ven 5 Sep - 15:15

Principaux HÉROS DE L'ILIADE ET DE L'ODYSSÉE


PRIAM, roi de Troie

AGAMEMNON, roi de Mycènes, chef de l'Armée

HECTOR, fils de Priam et chef de l'Armée

MÉNÉLAS, roi de Sparte

PÂRIS, fils de Priam

HÉLÈNE, épouse de Ménélas

ANDROMAQUE, épouse d'Hector

ACHILLE, roi des Myrmidons

ÉNÉE, prince troyen

PATROCLE, ami d'Achille

TROÎLOS, fils de Priam

ULYSSE, roi d'Ithaque

PENTHÉSILÉE, reine des Amazones

AJAX, roi de Salamine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s1.gladiatus.fr/game/c.php?uid=102644
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LA VIE DU ROI   Ven 24 Oct - 9:09

C´est EXCELLENT!!

BRAVO!!

(quelqu´un connaît des autres récits?!.....)

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Ulysse, le notre!   Ven 31 Oct - 21:19

Ah, vents, tempêtes, orages et marées!

Le cataclysme qui s'est abattu sur notre terre a tout chamboulé.
Les continents ont disparus et seul reste une myriade d'îles...
Tout recommencer à zéro.
Créer sa ville, la développer...
Puis résister aux tendances conquérantes des voisins. La seule solidarité encore présente se trouve dans les mines de chaque îles, ou chacun trouve sont compte à les faire évoluer.
Pour le reste, chacun pour soit. L'anarchie...

Des chefs de files de tous pays tentent de s'installer.
Les clans s'organisent. Les villes s'agrandissent. Les colonies s'étendent.

Et les héros se démarquent.
Certains parlaient à une époque d'un certain Ulysse. Noble personnage, plein de courage et de vigueur, qui conquit le cœur de ses compagnons plus que les territoires.
Tous le suivaient sans hésitation, émerveillés par son énergie et sa détermination.

Il en fut de même pour moi, humble bâtisseur, solitaire et méfiant.
J'assurais seul mon royaume. Luttant contre tous les dangers de ce monde. Restant à l'écart des grandes guildes, des communautés douteuses, et des compagnons infidèles.
Déjà pleins de connaissances amicales, mais pas de véritable ami. Pas de meneur.
Je vaquais à mes occupations, sans réelle attache.
Puis, lors d'une traversée entre 2 de mes villes, alors qu'une tempête faisait rage, mon barreur perdus et mes matelots terrorisés, je décidais d'accoster sans prudence au premier port venu.
Bien m'en a pris, car en plus de sauver la vie de mes hommes et la mienne, je venais sans le savoir de prendre un virage décisif pour mon avenir.
Incapable de deviner les intentions de nos hôtes improvisés, nous étions sur le qui vive, prêts à combattre s'il le fallait. Prêt à mourir.

Et là, Elle apparut. Dans toute sa splendeur. Dans toute sa beauté. Surgissant des enfers de la mer en furie, tel une déesse surnaturelle.
Les tumultes des vagues sur le quai semblaient disparaitre, pour laisser place à sa grande générosité.

Nous venions d'accoster chez la déesse Miss Suède.

Naturellement, mes hommes se sont agenouillés, admirant sa grandeur sans oser la regarder dans les yeux.
Je me suis moi même agenouillé, sans honte ni hésitation.
Nous lui étions tous reconnaissant. De tout.
De nous accueillir si naturellement.
De nous faire l'immense honneur de se présenter à nous. Sans passer par un de ses nombreux représentants.
De nous offrir le privilège de la côtoyer.

Elle ouvrit ses bras et nous pria de rentrer. Tel des agneaux déjà conquis, nous nous sommes exécutés.
Nous ne nous sommes jamais consultés et nous n'avons même jamais débattus de ce sujet entre nous, car c'était clair pour tout le monde :
Nous la suivrons jusqu'au bout du monde.
Naturellement, notre vie qu'elle a sauvé lui appartiens.

Plus rien ne sera comme avant, et nous le savions dès l'instant où nous la vîmes.

Depuis, nous sommes à ses côtés, car elle nous l'a permis.
Nous nous battrons pour elle.
Ses amis sont nos frères, et ses ennemis notre première cible.

Nous avons eu l'immense privilège de voir son empire s'agrandir, se développer. Et nous le ferons prospérer.
Elle nous a accueillis, et nous gratifie régulièrement d'une parole amicale.
Avec elle nous avons parcouru du chemin, mais la plus grande aventure est devant nous!

Il est sur qu'avec sa sagesse, sa ruse et son intelligence, nous vivrons des aventure au moins aussi incroyable et palpitante qu'avec Ulysse.
Nos bateaux sillonnent déjà les mers avec son drapeau.
Nous rentrons progressivement dans les "grands" de ce monde.
Ce simple miracle ne tiens qu'à une chose : Miss Suède.

Sans elle, qui peut me dire ce que nous deviendrions.
Certains essaieraient de maintenir notre communauté, en sa mémoire.
D'autre iraient rapidement chercher protection dans une autre alliance.
D'autre retourneraient à leur solitude.
Mais de toute façon, la tête du géant serait coupée.

Devant tant de similitude avec ce fameux personnage, nous ne pouvions que baptiser notre communauté "Ulysse".
Pour sa mémoire, mais surtout pour nous rappeler à tous pourquoi nous sommes là!

Marchons, amis, le monde nous appartiendra.

Taliesin
Dévoué Ulysse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LA VIE DU ROI   Dim 2 Nov - 15:27

Ca aussi c´est excellent!!!!! cheers

Ca fait un imense plaisir de voir un moment de culture!!! study

Bon.... voici une petite contribuition de ma part, concernant un peut, l´histoire de nous ancêtres:

LES VIKINGS



Les raisons du succès militaire viking en Francie occidentale au IXe siècle

La Francie occidentale au IXe siècle fut la cible de nombreuses attaques vikings, dont la plus connue est sans doute le siège de Paris en novembre 885. Si la résistance commença à s’organiser de façon plus sérieuse après ce siège, il n’en demeure pas moins que les incursions vikings avaient été d’une redoutable efficacité tout au long du siècle.

Ce succès s’explique d’abord par la vitesse d’exécution de la machine militaire viking, efficace et novatrice. Par ailleurs, la situation politique Francie occidentale après la mort de Charlemagne, en 814, a peut-être facilité la tâche aux vikings car ses successeurs sont souvent occupés à se quereller entre eux et utilisent parfois les Vikings comme mercenaires.

Les atouts militaires vikings

Les premiers raids vikings étaient surtout dirigés vers des cibles situées à proximité du rivage et consistaient surtout à piller les villages ou les monastères avec peu de moyens, de façon à pouvoir regagner le large avec des richesses rapidement gagnées. Mais dès 830, on peut noter une évolution dans le modus operandi : ceux-ci bénéficient désormais d’une plus grande flotte et attaquent des cibles (surtout des églises ou des monastères) à l’intérieur du pays. Ils emploient des éclaireurs ou des espions pour connaître la disposition de leurs cibles et s’attardent même parfois en territoire français. Noirmoutier, situé à l’embouchure de la Loire, figure peut-être parmi les premiers lieux à avoir servi de base fixe aux Vikings. Progressivement, les Vikings entreprendront de conquérir des territoires afin de pouvoir y cultiver le sol.

Ce changement d’objectif nécessitera une évolution militaire : pour assumer leurs conquêtes, les Vikings auront besoin d’une armée plus grande et mieux organisée. À travers cette évolution, on remarque que les Français n’ont pas su se défendre contre l’envahisseur : une des raisons serait probablement une flotte trop faible et peu nombreuse. En effet, les villages côtiers ne pouvaient que s’organiser sommairement pour faire face à un ennemi qui frappait rapidement et qui repartait tout aussi rapidement, sans être intercepté par une marine ennemie. À cet effet, Charlemagne aurait construit une flotte mais n’aurait pas su établir de système de défense efficace à l’intérieur du réseau fluvial de France actuelle, pourtant fortement exploité par les Vikings après sa mort. Il est pertinent d’ajouter que les Vikings au IXe siècle ne sont pas des pirates : ils ne combattent pas en mer et leur flotte ne sert que pour le transport; cela porte à croire qu’une stratégie mieux organisée, prévoyant une véritable flotte, aurait pu rivaliser contre cet ennemi très mobile.

Leurs bateaux étaient adaptés aux déplacements dans les eaux peu profondes, grâce à une coque plus plate, et ainsi ils pouvaient circuler à travers de petits cours d’eau. Les Vikings pouvaient également trainer leur flotte sur une bonne distance : durant le siège de Paris, ils l’auraient même traîné hors de la Seine pour la remettre à l’eau deux mille pieds plus loin, en amont de la Seine. Les Vikings ont progressivement adopté une cavalerie, mais ne s’en servaient que pour le transport car ces derniers préféraient combattre à pied. Ces guerriers étaient généralement armés de de haches, de grands glaives lourds, de lances, d’arcs, de javelots et de boucliers qui pouvaient servir à former des « tortues ».

C’est l’élément tactique des Vikings et non leurs armes (ils étaient souvent moins bien équipés que les Carolingiens) qui garantissait leur efficacité au combat. En premier lieu, l’effet de surprise. Ils utilisaient la noirceur de la nuit pour surprendre l’adversaire et pour pouvoir se retirer si l’issue du combat était incertaine. Renseignés sur la disposition de leurs adversaires, ils réussissent souvent à le surprendre.
Leurs ruses sont nombreuses : pièges, replis stratégiques et feintes sont souvent utilisées. Ils étaient également enclins à changer de religion comme de paire de souliers et cette disposition semble avoir joué en faveur du moral des troupes à quelques reprises.

Lors d’un raid, les Vikings n’épargnaient personne, pas même les enfants ou les vieillards : cette façon de faire la guerre découle surtout de la nécessité de terroriser l’adversaire afin de lui enlever tout goût de résistance, dans la mesure où les Vikings sont parfois peu nombreux et pourtant très avancés à l’intérieur du pays, donc vulnérables.
Cet aspect de leur tactique, qui consiste à répandre la peur et la terreur lors des attaques, est une arme de dissuasion redoutable dont les effets sur l’adversaire, quoique non quantifiables, ont sûrement joué un rôle important dans le succès des incursions vikings en Francie occidentale.
Enfin, de façon générale, les Vikings ne s’attaquent qu’à des cibles beaucoup plus faibles qu’eux, évitant les armées et les batailles rangées, se repliant rapidement dès qu’ils rencontrent une résistance.

Le manque d’efficacité des Carolingiens devant l’envahisseur

Mis à part le manque de marine, les Français, dont le pouvoir n’était pas assez centralisé en raison des rivalités de pouvoir qui caractérisent la période qui suit la mort de Charlemagne en 814, n’ont pas su réunir leurs forces pour chasser définitivement l’envahisseur. La divergence des intérêts des principaux acteurs carolingiens ont permis aux Vikings de profiter d’une situation de faiblesse interne pour mettre à feu et à sang des villes, des monastères ou même des Églises et en tirer un butin considérable. Par exemple, en 879, il y aurait eu des rivalités entre Louis le Jeune, roi de Germanie et les deux fils de Louis le Bègue, Louis III et Carloman.

Ces rivalités sévissaient au moment où les Vikings se dotaient d’armées plus nombreuses, organisées pour des conquêtes plus ambitieuses qu’auparavant. C’est une conjoncture qui n’aide en rien à organiser de manière efficace une défense à l’échelle du pays. Aussi, des tributs sont versés à plusieurs reprises par les Français afin d’acheter une paix provisoire, comme en 866, lorsque Charles le Chauve achète la paix aux Vikings pour 4000 livres.

En 877, le successeur de Charles le Chauve, Louis le bègue, incité par l’archevêque de Reims, achète également une paix aux Vikings pour 5000 livres. Finalement, lors du siège de Paris, Charles le Gros, enfin arrivé sur place avec une armée, suite aux pressions faites par l’assemblée de Metz, achète le départ des Vikings pour un certain nombre de livres et les autorise même à piller la Bourgogne.
Même si ce dernier exemple est exceptionnel, on peut comprendre qu’avec une telle attitude, les nobles ont contribué à nourrir l’appétit des Vikings en ce qui concerne le fruit des pillages et des tributs. Il y a pourtant eu de plus en plus de résistance de la part de la population vers la fin du IXe siècle, mais celle-ci provient, de manière générale, du peuple lui-même et de guerriers locaux. Le roi lui-même retarde le problème normand par le paiement de tributs.

LA CARTE DES RAIDS ET D´INVASIONS VIKINGS :




Source: Wikipédia.

J´iras publier la suìte d´une histoire complete sur les origines, combats, attaques et des gros pillages de nous sympatiques amis Vikings! Wink

Bon.... maintenant à qui le tour de faire partager les récits historiques des grandes batailles dans l´histoire?!............à vous de jouer!!!



study
Revenir en haut Aller en bas
...
Chevalier
Chevalier


Féminin
Nombre de messages : 191
Age : 17
Localisation : .
Emploi/loisirs : .
Tag de votre Alliance : .
Date d'inscription : 08/09/2008

MessageSujet: Re: LA VIE DU ROI   Lun 3 Nov - 1:07

Moi je suis passionné par le Bas Moyen-âge même si les éléments de tous le Moyen-Age m'intéressent. Je fais d'ailleurs parti d'une association de reconstitution médiévale XVème siècle.
http://www.leslionsdanjou.a3w.fr/

D'ici peu je présenterai les grandes batailles de la Guerre de Cent Ans qui opposa les rois de France et d'Angleterre durant 116 ans.

p.s.: ce que vous voyez en icône d'avatar n'est autre que mon blason, élaboré dans le cadre de mon association. C'est un blason inventé et que j'ai créé moi-même (n'essayez donc pas de le chercher dans des annales héraldiques). king
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LA VIE DU ROI   

Revenir en haut Aller en bas
 
LA VIE DU ROI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ikariam.fr - Les Paysans d'Ulysse - Monde Alpha :: L'Histoire du paysan paumé Ulysse :: Le Roi des Vaches Folles Ulysse-
Sauter vers: